ardeur

Ultime millimètre d’une dernière seconde

Retrouvailles à pleines lèvres, comme elles, ton cœur ne décolle plus du mien.
Laurent COLLIN - bruler des voitures (Matt Hartley)

Mon théâtre

Je m’occuperai de la caisse demain matin, je n’ai pas de compte à régler ce soir…

Alchimie matinale

Blanche en aube, brillance et or jusqu’à l’aurore. Je ne dors plus.
coquelicot au pays des cactus

Mon repos ; chronique en rouge

Ils sont des coquelicots au pays des cactus…

N’aie pas peur du tonnerre quand il gronde la nuit

Vous vouliez un amant pour vous prouver belle, vous en êtes amoureuse et vous le devenez vraiment.

En route pour Paris…

Le soleil est couché derrière son horizon. Il se frotte les pieds en regardant sa lune.

Infusion

Des sachants chasser… Laissons donc infuser.

L’escalier rouge

Je te rêve en échelle.

Or et l’« i »

L'anesthésie des indécis, pas pour Lolo ni pour Lili.

J’ai tout oublié de toi

J’ai tout oublié de toi. Demain, je te revois.

Discussions parfumées

Si je n’existe pour personne comment existe-t-elle ?

L’armée de voyants

Le dormeur vert, au soleil, tête nue… Dort fier, froid et nu.

Songe d’une voix de vous

Ils se « timident » tellement à ne s’écrire seulement.
Marylin Monroe

Sophie sans faute

A se fier des bonheurs, de Sophie !
Laurent COLLIN

Tu m’as rendu beau

Tu reviens ?
Victoria

L’inattendue

Rions toujours d’être ici et maintenant. A ma fille Victoria et à ses 15 ans.

À la joie…

Elle est là… malgré tout, malgré nous, malgré toi, malgré moi.

Isis (2004)

Isis se reconnaîtra !

Soirs sans noir… parce qu’il est un peu tard

J’étais, celui que tu es, ma fille. Une révolution puissante, un magma aimant.

Fulgurances

Tout n’est que fulgurances, chaque instant est une nano seconde à vivre.

Partir…

Désirer partir, et partir… […] Partir et vouloir le beau.

Dans l’incroyable !

En avant, en marche… en marge.

Cette aile qui celle

Cours comme respire. Aimée en ivre.
Laurent COLLIN - Loran s'amuse

« Viens » de Loran dans l’émission Métamorphose nocturne

Écoutez Laurent Collin, son histoire, ses rêves, ses désillusions, ses espoirs et sa formidable capacité de résilience.

Le cerf-volant

Comme un clochard en cerf-volant, libre, il s’envole en l’aimant.

43200’

Vérité chiffrée en minutes égrainées.

Revenir en autrefois

Repasser les frontières des Rois, s’établir sur l’ile des choix.

Connecté à l’adoptée

Ce n’est pas un « au revoir » qui tuera nos bonjours.

De faille et de profondeur

Et puis un jour tu va te réveiller… et tu vas voir qu’il n’y a pas d’épaisseur.

Le mal masqué

Au nouveau chant du coq, par trois fois je serais trahi, C’est aujourd’hui le premier jour du reste de ma vie.

L’expulsé

N’oublie jamais ce qui a existé, ce serait alors deux fois le regarder et le tuer.

Confinement

Tout passe.

Ma rit

Les couleurs lumineuses de l'émoi.
profondeur

Les fesses de la boulangère

J'ai déjà écrit une ode à un coude, je pense être en mesure de faire un impromptu sur ton cul.

En trousse de toilette

En avant, je marche et ris, Sous le bras, ma trousse de toilette.

La mort de la mouette

J’ai retenu la folie, le temps de deux, nos vies. J’ai soutenu l’invisible aux yeux de ne rien dire.

Le tour de l’Ile

La caresse forte de l’océan sur mes pieds, je ferais le tour de mon ile en entier.

Tu es…

Tu ? ce qui ? quoi ?

J’habite en solitude

J’habite en solitude, c’est chez moi, entre !

Panique en passion

Le silence s’impose quand l’amour se meurt. On se découvre, tout passe, même la mort.

Amie

A mi-clos, les yeux de ton regard sur moi
soupir

Voyage en Noûs

C’est par un va-et-vient au creux de ton toi que la fusion de nos chairs crée le tout de Noûs.

Simulacre

Ce soir, elle reçoit ; en pays de simulacre !

La Crotte

Bien plus léger et pas moins gras. Il lui a fait son beau caca !

Le goût de tes baisers

Langoureuse incartade du monde des vivants, nos baisers construisent, patiemment, nos moments.

J’ai retenu tes maux

« Chuuuuut », ont-ils écrit sur un morceau de papier, comme ils diraient « se taire » pour toujours plus hurler.

Le lien

Tout ce qui m’existe ne tient qu’à un lien.

L’amie de mots

Et sur un coin de table, à l’encre de la joie, nous écrirons la vie, l’amour des hors-la-loi.

Je suis le poète !

Ivre de vivre, l’éternel boiteux, je m’envole à partir !

Un matin à l’amante

Le trop de pleins accentue nos vides.

Sacrifier à Vénus

Rire, rire, rire avec toi !

Le bal des écorchés

Au bal des écorchés, ils se sont retrouvés.

Rouge départ

Prendre au temps sa grisaille, le vêtir de rouge.

Si seulement

m'oublier quelque part en toi…

Un si doux mensonge

Le faux n’a jamais autant semblé vrai.
Photo de William Daniels

A l’aube des jours qui restent

Je déteste les gens qui s'embrassent sur les quais de gare.

Éloge à un coude

Seul, avec toi, un court instant, tendrement.

A l’ami

Va, ton cœur dans les étoiles, va !
Les Amoureux en Noir et Blanc

Les Amoureux

Ils sont revenus… Qui ? Les Amoureux.

Métropolitain

Il est triste ce métro, il manque de sentiments !