Skip to content

Je t’adore à l’égal de la voûte nocturne

Je t’adore à l’égal de la voûte nocturne,
Ô vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et t’aime d’autant plus, belle, que tu me fuis,
Et que tu me parais, ornement de mes nuits,
Plus ironiquement accumuler les lieues
Qui séparent mes bras des immensités bleues.

Je m’avance à l’attaque, et je grimpe aux assauts,
Comme après un cadavre un choeur de vermisseaux,
Et je chéris, ô bête implacable et cruelle !
Jusqu’à cette froideur par où tu m’es plus belle !

Charles Baudelaire
Les fleurs du mal (1857)

Tu vas aimer aussi…

Laurent COLLIN - bruler des voitures (Matt Hartley)

Mon théâtre

Je m’occuperai de la caisse demain matin, je n’ai pas de compte à régler ce soir…

Éloge à un coude

Seul, avec toi, un court instant, tendrement.

L’expulsé

N’oublie jamais ce qui a existé, ce serait alors deux fois le regarder et le tuer.

Le goût de tes baisers

Langoureuse incartade du monde des vivants, nos baisers construisent, patiemment, nos moments.