Un si doux mensonge

Tel un astre qui me vole mes songes,
Dans sa volupté, il me plonge.
Son déguisement habille ma vie et
Le faux n’a jamais autant semblé vrai.

Dans l’étroitesse d’un couloir,
un regard, un geste, un soir
une danse à quatre lèvres de nos deux
bouches lia nos corps et nos âmes.

Me sentir vibrer au rythme du monde,
Enfin vivre à l’intérieur, ce feu
brulant et cuisant qui inonde.

Rien ne m’enivre plus que nos jeux
Aucun autre sens de vivre que celui la,
aujourd’hui, ce soir et demain, une vie avec toi.

LORAN