Dans ces chuchotements, ma démarche n’est pas seulement basée sur un regard esthétique et macrophotographique du corps humain. Il propose un point de vue novateur sur le corps.

Intimes et harmonieuses, je passe beaucoup de temps à réaliser une photo. Le poids du matériel, les longues poses, la quête des ombres, la chaleur des projecteurs confèrent de l’inconfort au photographe et de la détente au modèle. Il naît très souvent de cette proximité un moment fort, un contact chaleureux et détendu de nature à créer l’échange, le partage et des confidences chuchotées,… comme sur un divan !

Le résultat, parfois subversif, tend à susciter une ambivalence sur les notions de repères.

J’encourage le public à s’extasier sur la beauté d’un détail du corps humain et à s’autoriser des questions. Le moralisateur perturbé doit s’en remettre à sa notion d’esthétique sans juger la fonction du sujet.

50 ans après la révolution sexuelle, la sensualité disparaît. La pudeur et la bienséance ont pris le pas sur la liberté et la douceur. Le sexe est un produit de grande consommation, à emporter en self-service.

L’être humain moderne cherche à dissoudre son identité dans un tout au goût souvent insipide et commun. Son identité perdue, il cherche à être augmenté, amélioré, vivre un autrement sans corps, un ailleurs sans caresse. Pourquoi s’enfuir à ce point de sa réalité physique et corporelle ?

Vivons nous la fin du corps ? Le corps ne doit pas être tabou, mais doit être sacré.

Ce qui m’intéresse finalement… c’est de me perdre et de perdre le spectateur.

Pour moi ces nus ne représentent pas uniquement les corps, mais offrent un aperçu de sculptures, de formes mystérieuses, presque une invitation à pénétrer ce mystère au travers d’un voyage poétique dans un univers onirique proche du fantasme.

Ces photos suggèrent, questionnent sans donner de réponse. Elles sont là juste pour « être » et laissent libre court aux interprétations, même les plus folles.

L’image ne peut vivre sans celui qui la regarde. L’œil lui donne vie. Ici le spectateur et l’image sont l’œuvre.