J’habite en solitude

J’habite en solitude, cette île
Entourée de la mer Derien.
On y compte trois villes :
Hypocrisie, Mélancolie et Céthébien.

J’y suis né là-bas, il n’y a pas de train…
Un aller sans retour,
La vie à regarder passer le rien,
Le temps vidé des toujours sans amour.

J’habite rue de l’Ennui,
Dans un très grand appartement,
Chez moi, il fait toujours nuit.
La lumière est dehors, pour les grands.

Quand j’ouvre les fenêtres pour que la lumière entre,
Elle reste boudeuse, dehors dans un flot continu,
Elle illumine le monde mais pas le « seul nu ».
J’habite en solitude, c’est chez moi, entre !

LORAN