A l’ami

Va,
Ton cœur dans les étoiles,
Va !
Là-bas
D’où tu ne reviendras pas.
Marche où ton esprit te mène,
Là où il te guide,
Là où il t’enlève
A nos bras qui t’aimaient,
A nos cœurs soulevés.
L’amertume nous a quitté
De te voir t’éloigner
De te sentir partir.
C’est ton choix, finalement, de ne plus revenir.
Vivre ta vie en ne pensant qu’à toi,
Vivre ta vie sans penser à moi.

Te souviens-tu de ces moments où nous étions heureux,
Où tous ensemble, réunis autour de ce feu,
Nous refaisions le monde battit d’idéaux,
Rassurés, nous repartions, d’être les plus beaux.
Nous chantions de l’Amour, des couleurs de printemps,
Des odes à la femme, aux hommes, aux enfants.
Ils montaient dans le ciel, nous en étions persuadés,
Ces doux mots d’espoir, allaient charmer les fées.

Il y eu ces moments de rires et de pleurs,
De cris de joie, de purs bonheurs.
Et ça, mon ami,
Où que tu sois,
Crois-moi !
Jamais de ta vie tu ne l’oublieras.

Va,
Ton cœur dans les étoiles,
Va !
Là-bas d’où tu ne reviendras pas.

Puisque mon ami ce matin, tu as préféré mourir que de rester avec moi.

18 Novembre 1997 rue de Londres 75009
LORAN